Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un regard merci a Mariam

Pen-Bron-PANKOUKE-51

J'ai quitté Pen Bron en avril - mai 1952, et j'y étais entrée en 1942, pour soigner une tuberculose osseuse, que je n'avais pas ! J’avais une polyarthrite infantile, dite maladie de style.

Malgré tout je garde un souvenir très heureux des 27 mois que j'ai passés là-bas. Ma mère et mon frère sont allés revoir Pen Bron, mais surtout maman, car mon frère n'était jamais allée, il est né après mon retour à la maison en 53. Il a été très ému et a perçu le côté "sacré" de ces lieux, et il a été très touché en allant sur les tombes des sœurs qui m'avaient soignée, sœur Letourneau, sœur Andrée, sœur Agnès, sœur Catherine, et parmi les enfants il y en a également qui se trouvent près des sœurs dans le petit cimetière de la lande.

 Malgré tout, j'ai le cœur un peu serré de voir qu'il est resté en quelque sorte à l'abandon, car il ne semble pas que les bâtiments et les lieux aient été entretenus. Quant au petit cimetière de la lande, abandonnait sans doute, mais au moins, la nature n'a pas oublié d'y laisser pousser quelques fleurs ...fussent-elles de pissenlits ! Je veux quand même terminer sur une note de positive, au moins le temps a quelque peu respecté le désir des anciens de revenir sur leurs pas ! Je sais hélas les promoteurs vont peut-être avoir la main sur ces bâtiments, ou des riches viendront soigner leurs petits bobos élémentaires, et malheureusement ça ne soignera pas ceux qui plus loin ont les mêmes droits, sinon plus !

Pen-Bron-1-ALEXANDRE-50
Mariam Jacob
 
J’ai voulu vous rendre hommage ici cher Mariam et vous rassurez
Tout d’abord Pen Bron restera ce centre que nous aimons tous nous anciens de Pen Bron Monsieur le Maire de la Turballe a signer un arrêter afin de préserver ce site donc un grand merci a lui
Ensuite le petit cimetière abrite toujours les tombes et est entretenu, il y a bien quelques fleurs sauvages qui poussent dans ce lieu.
Mais il est toujours aussi prenant d’y pénétrer pour venir se recueillir dans un silence juste bercé par le vent venant de l’océan 
A vous l’enfant a la poupée sur la première photo que l’on peut voir,  merci de votre gentillesse
Et de m’avoir si bien parler de Pen Bron avec votre cœur d’enfant encore bien présent
Emmanuel
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :